Distilbene

Une étude épidémiologique française sur les effets du Distilbène montre que les petits-enfants des femmes traitées avec cette hormone de synthèse sont 40 à 50 fois plus exposés au risque d’hypospadias.

L’équipe du Pr Charles Sultan, au CHRU Lapeyronie de Montpellier, a travaillé en collaboration avec l’association Hhorages qui regroupe des femmes traitées avec du diéthylstilbestrol durant leur grossesse. Son étude a porté sur la descendance de 1.000 personnes exposées in utero au médicament et 180 personnes non exposées. Alors que les cas de malformations congénitales de l’urètre touche 0,2% de la population générale, ils se retrouvent chez 8,2% des garçons dont la grand-mère a reçu du diéthylstilbestrol pendant sa grossesse. L’oestrogène de synthèse a été prescrit à partir de 1950 aux femmes enceintes afin de prévenir les risques de fausses couches et de prématurité, avant d’être interdit en 1977. En France, on estime à 160.000 le nombre de futures mères qui y ont été exposées. Outre le risque d’hypospadias, le Distilbène peut provoquer des tumeurs vaginales chez les filles et est suspecté d’entraîner des troubles psychiatriques, comme des schizophrénies et des troubles suicidaires.

Amandine Ceccaldi
Ce contenu a été publié dans Endocrinologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.